Accueil arrow Accueil arrow Visiter Rodemack
Accueil
- - - - - - -
Actualités
- - - - - - -
Vie Citoyenne
- - - - - - -
Infos Pratiques
- - - - - - -
Vie Quotidienne
- - - - - - -
Publications
- - - - - - -
Urbanisme
- - - - - - -
Ville de Culture
- - - - - - -
Petite Enfance
- - - - - - -
Photos de Rodemack
- - - - - - -
Liens
Guide de visite édité par l'Office du Tourisme de RODEMACK.

 Afin de vous permettre de découvrir Rodemack la médiévale à votre rythme, en toute liberté, l'Office de Tourisme met à votre disposition un petit opuscule.

Plan de Rodemack

Au sortir de l'Office de Tourisme, vous vous trouvez sur la place des Baillis. Face à vous se dresse le château des Margraves de Bade. Gérard de Rodemack (1439-1492) qui fut le dernier des Seigneurs de la maison de Rodemack, fut accusé de félonie envers l'empereur Maximilien d'Autriche et se vit confisquer en 1492 la seigneurie de Rodemack au profit des Margraves de Bade. Le château des Margraves de Bade ou "petit château", fut érigé aux environs de 1560, sous le margriavat de Christophe II de Bade. Il devait servir de résidence au Margrave ou à son représentant : le Bailli.

Sur le linteau des fenêtres donnant sur la place, vous distinguez les armoiries des Margraves de Bade. A l'intérieur du "petit château", transformé aujourd'hui en restaurant, se trouvent de magnifiques salons datant du XVIIIe siècle.

En sortant de la cour du château, une petite ruelle sur votre droite vous mène à l'église Saint-Nicolas. Une église de style roman existait déjà en 915. Cette église, pourtant agrandie entre 1735 et 1739, ne pouvait pas "contenir facilement tous les paroissiens". Une nouvelle église fut construite en 1783 à l'emplacement même de l'ancienne église mais elle fut, par manque de place, différemment orientée.

A l'intérieur de l'église se trouvent :
•  derrière le Maître-Autel, une représentation de Saint-Nicolas, patron de la paroisse ;
•  le mausolée d'Herman-Fortuné, l'un des derniers Margraves de Bade, et de son épouse Marie-Sidonie de Daun-Falkenstein ;
•  les vitraux du cœur et le mobilier datant du XVIIIe siècle.
•  les vitraux de la nef et l'orgue datant du XXe siècle.

En sortant de l'église, sur votre gauche se trouve la porte de Sierck ou porte de la franchise. Cette porte ainsi que les 700 m de remparts encore existants ont été construits par les habitants de Rodemack aux XIIIe et XlVe siècle, après la charte d'affranchissement datant de 1236. Cette enceinte était destinée à protéger les habitants et leurs biens.
A l'extérieur de l'enceinte :

  • sur la tour gauche de la porte se trouve un cadran-solaire privé de son style ; à l'intérieur de celle-ci vous trouverez également un espace archéologique;
  • au milieu de l'arche, dans une niche, se trouve la statuette de Saint Roch.
Cette arche, détruite le 11 novembre 1944 par les troupes américaines afin de permettre le passage des chars, fut reconstruite en 1989.

Poursuivons cette visite en Songeant le ruisseau. A une centaine de mètres se trouve la tour de la prison. Un peu plus loin, au travers d'un ravage réalisé dans la muraille donnant sur un petit escalier, vous découvrirez le jardin médiéval. Il est une réplique des jardins réalises selon un plan géométrique simple que l'on trouvait au Moyen-Age.

Ce jardin, surtout utilitaire, se compose de quatre espaces :

  • les plantes médicinales ou vuvjii des simples ;
  • les plantes condimentaires ;
  • les légumes et plantes vivrieres ;
  • les fleurs
  • au fond du jardin médiéval un arboretum réalisé suivant le même principe.

Toutes ces plantes permettaient de taire race aux besoins quotidiens : se nourrir, se soigner, se protéger et se distraire.

Après un petit tour sur le rempart surplombant le jardin médiéval nous continuons notre visite en empruntant la rue du four banal appelée ainsi car elle abritait le four à pain des seigneurs. Au bout de cette rue à gauche une magnifique demeure construite en 1771 dont les ferrures de soutien attestent sa date de construction.

Lorsque vous quittez cette rue, tournez sur votre gauche vers le lavoir. Celui-ci est alimenté par l'une des innombrables sources qui émergent au pied du château. Devant l'entrée se trouve le Bildstock du lavoir datant du XVIe siècle. Des dix croix, dont six de type Bildstock (calvaire), qui ont pu être recensées à Rodemack, il est probablement le plus ancien. La base du fût rond accuse le style gothique flamboyant des XVe et XVIe siècles et repose sur un socle rond.

En levant la tête vous apercevrez le pavillon des officiers, transformé en habitation en 1869 par le Baron Charles de Gargan. Ce bâtiment fut construit au XMIIe siècle sur les caves de l'ancien château féodal dans la cour d'honneur.

Ce pavillon, la chapelle et l'ancienne boulangerie sont les seuls bâtiments subsistants dans l'enceinte de la citadelle. Les autres, ainsi qu'une partie du château. furent démantelés en 1821, après la signature du traité de Paris.

La visite se poursuit en direction du haut du village, en empruntant la rue du Général Simmer. Vous arrivez devant le bureau de poste, maison natale du General Simmer. Ce dernier portait également le titre de Baron de Wagram. Au cours de sa carrière militaire il fut blesse à 11 reprises et nommé Commandeur de la Légion d'Honneur. Son nom figure sur l'un des piliers de l'Arc de Triomphe à Paris.

Tout en haut du village vous découvrirez la chapelle Notre-Dame construite en 1658. Trois hypothèses sont retenues quant a sa construction :

  • pour remercier la Vierge de la fin des épidémies ;
  • pour remercier la Vierge de la fin de la guerre de Trente-Ans ;
  • suite au vœu d'un seigneur de Rodemack qui a échappé en cet endroit à ses poursuivants.

En sortant de ce lieu de prière, sur votre gauche se dresse un très beau Bildstock datant du XVIIe siècle. Ce dernier se compose d'un socle carré sculpte, surmonte d'une table massive où se dresse un fut rectangulaire, Sur la partie large de ce fût on distingue les sculptures de Saint Roch et de Saint Sébastien, patrons invoques contre la peste, le choléra et d'autres maladies épidémiques.

En redescendant, à votre gauche sur la façade de l'une des maisons, vous découvrez l'emplacement de l'ancienne porte de Thionville. Tout au long de cette rue vous remarquerez quelques maisons de caractère avec date de construction et parfois le nom du premier propriétaire.
Sur votre gauche, empruntez la ruelle de la forge cheminant au pied du rempart du château. Celle-ci vous conduira jusqu'à l'entrée de la forteresse qui se compose de trois tours :

  • la "Tour Boncour", couverte d'une toiture ;
  • les "Tours Jumelles" qui encadraient le pont-levis et donnaient accès à la citadelle.

Cet ensemble était relié à une barbacane par un avant-mur sur lequel était installé un second pont-levis. Cette partie de la forteresse date des XlVe et XVe siècles.